Le henné blond, ou la gadoue (la gadoue, la gadoue…)

Aujourd’hui, je vais vous présenter un soin que je pratique tous les deux mois environ : le henné blond. Il ne s’agit à proprement parlé de henné qui est extrait d’une plante bien précise, mais d’un mélange de plantes qui visent à donner force et vigueur aux cheveux tout en renforçant leurs reflets blonds, on y trouve des fleurs de camomille, des feuilles de romarin, du henné neutre (ici encore, c’est un faux amis, il ne s’agit pas de la même plante que le henné), et enfin des racines de rhapontic. J’achète le mien sur aroma-zone, et à 3,90€ le sachet de 250g qui peut faire entre 3 et 5 masques avec ma longueur et mon épaisseur de cheveux, c’est vraiment un soin bon marché, en plus d’être complètement naturel. Tout ce que je vais dire s’applique aussi bien au henné blond qu’au henné neutre, pour celles qui tiennent à leur couleur naturelle.

BLOG

Un fois que vous avez la fameuse poudre verte, tous les mélanges sont permis en fonction des besoins de vos cheveux. J’ai un cuir chevelu sensible et déshydraté, et des cheveux secs, alors j’ajoute principalement des ingrédients gras et protecteurs, parce que le henné neutre et la camomille peuvent être très asséchant. Mais il est tout à fait possible d’y ajouter un yaourt, du jus de citron et de l’huile de noisette, version plus « légère » de mon mélange lait de coco & huile d’olive. En fait, tout est possible, le mieux est encore de fait avec ce que vous avez dans votre cuisine en fonction de vos besoins, mais je vous conseille quand même d’y ajouter un corps gras 😉

IMG_3074

Mon mélange se compose donc ainsi :

  • Du henné blond (à l’oeil, je dirais bien 80g)
  • 40 ml de lait de coco
  • 6 à 8 cuillères à soupe d’huile (ici d’olive, mais c’est selon ce que vous avez sous la main).

Le but et d’obtenir une texture proche du fromage blanc, de sorte que l’application soit facile, et que la mixture ne dégouline pas pendant le temps de pose. Je ne vous le cache pas, le mélange à une odeur très particulière, assez « roots » qui me rapelle les épinards. Ca pourrait ne pas plaire à tout le monde, mais rien ne vous empêche d’utiliser des huiles essentielles ou des extraits de parfums cosmétiques pour couvrir l’odeur si elle vous dérange. Pour les huiles essentielles, faites bien attention qu’elles soient adaptées à une application cutanée, parce que vous allez étaler le mélange sur votre tête. D’ailleurs, je ne saurez que trop vous recommander, comme pour chaque produit colorant, de réaliser une « mèche test » en allant jusqu’au crâne pour voir si votre peau supporte bien le produit, on est jamais trop prudent !

IMG_3078

Ensuite, on peut passer à l’application. Il va sans dire que pour tout henné, il faut avoir du temps devant soi : je dirais que le temps de pose minimum est de deux heures, mais je préfère souvent miser entre 4h et 6h histoire de bien profiter de tout ce dans quoi mes cheveux macèrent (c’est comme les marinades, plus c’est long, meilleur c’est !). Avant tout, faites attention à éloigner tout textile auquel vous tenez, car même le henné neutre tâche. Pour étaler la mixture sur ma tête, je commence généralement raie par raie, puis je fini n’importe comment, mais je m’en sors toujours ^^’ Vous allez ensuite pouvoir admirer la merveilleuse texture « algues boueuses » de votre crinière, c’est ultra-glamour, on dirait les dreads de boue que j’avais à la fin des Vieilles Charrues ❤

IMG_3081

Ce qui est pratique avec cette « pâte chevelue » c’est qu’elle tient toute seule. Je vous présente donc le chignon qui tient par la volonté du saint-esprit de la gadoue capillaire. Il est temps de vous munir de l’arme ultime, celle qui vous permettra d’avoir la paix pendant les prochaines heures de poses : le film alimentaire !

IMG_3090

Maintenant, il va vous falloir vous occuper chez vous ou trouver un bonnet spécial camouflage, parce que vous ne ressemblez plus à rien. Oui oui, ne vous mentez pas, à cet instant, vous êtes vilaine. On dirait qu’une horde de pigeons malades a pris votre tête pour un pare-brise fraîchement lavé. Vous verrez, c’est le moment que votre voisin trop canon va choisir pour venir sonner chez vous pour vous emprunter du sucre. Je vous conseille de faire la morte. Généralement ça marche.

Une fois les quelques heures de pose passées, il est temps de rincer, et à grande eau. Franchement, je mets bien 20 bonnes minutes à tout rincer à chaque fois. Je fais 2 shampoings, le premier mousse vert, le deuxième plus trop. Il est conseillé d’utiliser un shampoing doux, c’est-à-dire sans sulfate, pour préserver l’effet renforçant et gainant du henné neutre. Evidemment, comme à chaque fois, après-shampoing.

Bon, je vais me confesser, je voulais faire les choses bien, avec un avant / après et tout, sauf que les photos de l’après ne rendent rien. Absolument rien. J’arrive pas à capter la lumière qui fait ressortir les somptueux reflets miels qui le henné blond a donné à ma tignasse. Du coup, je vous livre ça, comme ça, assez simplement, mais croyez moi, la « coloration » est tout en subtilité, elle vient donner des reflets fou-fou-fous. Elle a tendance à foncer un chouilla la teinte aussi, mais je lui pardonne largement, c’est dire combien je l’aime.

Rapport au titre, j’espère que vous avez toutes la chanson dans la tête. Si ce n’est pas le cas, parce que vous êtes trop jeunes (veinardes !) ou que ce morceau manque à votre répertoire, c’est cadeau ! (Au passage, admirez la merveille de réalisation qu’est ce clip !)

Publicités

Débuter comme un bébé : aux petits pots, et avec les doigts.

Je suis une noob en maquillage. Mais vraiment une grosse noob. Je mettais bien un peu de crayon noir et de mascara à la fin de collège et au début du lycée, mais rapidement, j’ai préféré les 5 minutes de sommeil en plus le matin à ce rituel maquillage qui me faisait ressembler à un panda quelques heures après seulement (beh oui, j’étais fatiguée donc je me frottais les yeux… CQFD). Du coup, depuis mes 17 ans, je ne me maquillais plus que pour les grandes occasions, et c’était souvent très simple : 1 fard, crayon, mascara. Et c’était TOUT.

Plus tard, je me suis découvert un amour pour les rouges à lèvres (et une profonde aversion pour les gloss). Mais j’esquivais encore la partie teint et yeux sans vraiment m’en soucier. Il faut dire que j’ai un teint plutôt correct (j’ai eu la chance d’avoir tout au plus une vingtaine de boutons sur la tronche jusqu’à aujourd’hui) et les yeux franchement sensibles.

Mais voilà, mieux vaut tard que jamais, j’ai envie d’apprendre à faire autre chose qu’un trait de liner maladroitement asymétrique, j’ai envie d’essayer de mettre mon regard en valeur sans avoir les yeux qui piquent, grattent, brûlent et pleurent.

Comme mon attirail de pinceaux se résume à un kabuki et un pinceau eyeliner, je m’arme donc de mes meilleurs outils de néophyte es maquillage : mes doigts. Et aujourd’hui, je vais vous montrer ce qui m’a grandement aidé dans mon premier tripatouillage make-upesque, petit plaisir de vacances et butin des promos beauté Leclerc : les Color Tattoos de Maybelline.

IMG_2933

Mon premier, c’est LE doré : Gold 24K (75) j’ai craqué dessus cet été, tout comme mes copines Marine et Cadine, et j’avais comme idée fixe depuis quelques semaines de me faire un trait de liner doré pour accompagner un joli rouge à lèvre vieux rose. C’est chose faite, j’adore le porter comme ça, c’est un chouilla bling-bling, tout en restant assez discret et sophistiqué, j’adore. Et samedi dernier, alors que je faisais quelques courses avec l’ours au Leclerc du coin, je me suis éclipsée, et j’ai discrètement glissé Pink Gold (35) et  On and on Bronze (65) dans le panier, ni vu ni connu jusqu’à la caisse où il m’a lancé une brève grimace à laquelle j’ai répondu « – 40% ! » en dégainant ma carte. Ca l’a pris de court et tué dans l’oeuf le discours moralisant qui pointait le bout de son nez.

IMG_2947

Je vous laisse apprécier les swatches de ces merveilles, qui sont très pigmentées et bigrement tenances (pour la petite anecdote, j’avais oublié de me démaquiller le bras avant d’aller me coucher, et les derniers swatches étaient encore bien présents le lendemain matin, le doré par contre s’était effacé).

IMG_2997

Mes doigts et moi, on s’est bien marré. Ca m’a un peu ramenée en enfance, quand on peint avec les doigts en maternelle, mais en un peu plus soigneux (je n’allais pas jusqu’à me mettre des claques rouges ou bleues sur la tronche, il va sans dire). On and on Bronze, ce joli marron glacé, je l’ai gentiment étalé sur l’extérieur du regard alros que Pink Gold venait illuminer les coins internes. Mais j’aimais pas. C’était dans des tons trop froids, et avec l’ours on a trouvé que ça faisait « couleur cerne » et que c’était pas possible. Il fallait réanimer tout ça. J’ai donc pris mon courage à deux mains (au moins !) et je me suis armée de mon pinceau liner pour ajouter une touche de doré au centre de la paupière mobile et en ras de cils inférieur. Un coup de liner, de crayon et de mascara, et… Tadam ! Exit le regard de zombie. Admirez plutôt…

IMG_3012IMG_3023IMG_3026

J’ai utilisé un eyeliner feutre Kiko et le mascara Lush Droit dans les yeux, le plus doux que j’ai pu tester jusqu’à présent !

Je suis vraiment convaincue par ces petits pots irisés qui peuvent permettre un maquillage simpliste et efficace pour tous les jours, comme quelque chose de plus travaillé, et ce, avec un minimum d’outils et de maîtrise technique. Si on ajoute à ça le petit prix auquel j’ai acheté les deux derniers, et le fait qu’ils soient trouvables en grande surface, ces Color Tattoos constituent un chouette kit de démarrage pour débutantes.

Polish Pick-up #3

Aujourd’hui, le Polish Pick-up nous emmène faire un tour dans le Doubs, et c’est à Besançon qu’il décide de faire une pause cancoillotte, pile-poil le temps qu’il me faut pour vous présenter un vernis Alessandro.

Image

Cette marque était pour moi inconnue au bataillon jusqu’à l’hiver dernier où j’ai trouvé ces minis vernis aux soldes de la parfumerie Douglas. A 1€ le flacon, je me suis laissée tenter par 6 teintes assez festives, dont Marvelicious Dream. Par la suite, j’ai remarqué que la compo était plutôt bof, puisqu’on y trouve de la résine de formaldéhyde, c’est pourquoi je les porte assez rarement, et toujours avec deux couches de base en dessous.

ImageImage

J’aime vraiment beaucoup cette teinte : il s’agit d’un noir blindé de toutes petites paillettes dorées qui tirent parfois un peu sur le vert. Je trouve que ce vernis serait parfait pour les fêtes de fin d’année, mais j’aime bien le porter dans la vie de tous les jours aussi, je lui trouve un côté assez chic et discret, et en même temps, je suis sûre qu’il est possible de lui donner un look un peu plus glam-rock avec des studs (j’aurais bien testé, mais je n’en ai pas).

Image(Cette photo est la seule avec flash, d’habitude je trouve ça vraiment vilain, mais là, c’était pour laisser s’exprimer les paillettes, et il faut bien avouer qu’entre le flash et le flou du premier plan, elles s’en donnent à coeur joie !)

Image

Contrairement aux deux premiers Polish Pick-up où j’avais présenté des vernis crèmes, je commence à prendre quelques risques, et à vous présenter un vernis pailleté, beaucoup plus difficile à prendre en photo, d’où l’avalanche de celles-ci.

Je viens aussi de me rendre compte que je ne vous avais jamais parlé de la qualité des pinceaux dans mes revues, mais bon, il me semble que Kiko et Essence sont des marques suffisamment connues, donc vous me pardonnerez bien cet oubli. Par contre, le pinceau Alessandro, parlons-en : il n’est pas vraiment fin, il n’est pas non plus très épais, c’est vraiment un pinceau des plus basiques, avec la coupe au carré et d’épaisseur moyenne.

Image

Ca fait un peu plus de deux jours que je le porte, et comme en témoignent les photos, il tient plutôt bien la distance pour l’instant. Pour le séchage, je ne peux pas vraiment me prononcer étant donné que j’ai utilisé mon fabuleux Poshé, mais j’ai quand même trouvé ça assez correct, surtout si on tient compte du fait que j’ai mis deux couches de XXL Nail Protector d’essence en base, puis deux couches de vernis et enfin une couche de Poshé.

Image

Voilà, je crois qu’on a fait le tour de Maverlicious Dream, un chouette vernis avec une teinte et une texture que j’adore, même si je boude un peu sa composition.

Bonne cancoillotte, et à bientôt pour un nouveau tour en Polish Pick-up !

L’ours et le pot de Miel Effronté

Il y a un ours dans ma vie. Et bien que j’aime à lui faire croire que lorsqu’il travaille de nuit, je ne suis plus capable de rien, que je me morfonds interminablement et que je pleure à chaudes larmes en écoutant la B.O. de Titanic, en vérité il n’en est rien. Déjà parce qu’il est hors de question que j’écoute la B.O. de Titanic (c’était un piège) et puis comme le dit si bien l’adage : « Quand l’ours est parti, l’autruche danse ! »

Ces soirs là, je me retrouve seule dans l’appartement et, tout excitée, je ne sais par où commencer. Je peux aller renifler et admirer ma collection de savons sans entendre « Tu es folle, même Gollum était moins atteint ! ». Je peux vérifier une énième fois mon stock d’hydratants pour le corps, ou d’exfoliants, sans ouïr « Eh beh, au moins si c’est la guerre demain, on pourra bouffer tes scrubs au sucre ! ». Je peux me vernir les ongles, et même envisager un nail art sans qu’on me suggère de « peindre les griffes du chat en arc en ciel, pour faire comme Nyan Cat, alléééé steuuplééé ! ». Je peux aussi m’enduire la face d’un masque de beauté sans que l’ours ne s’arme d’une poêle pour me renvoyer « en enfer, sale bête ! » version From Dusk Till Dawn ou Shaun of the Dead, c’est au choix. Et c’est donc ce que je fais.

IMG_2909

Nous allons donc parler du masque frais Miel Effronté de Lush. J’imagine que nombre d’entre vous sont familières de la marque et de ses principes, mais posons quand même les bases : Lush est une marque de cosmétiques anglaise et très engagée, notamment contre le test des produits cosmétiques sur les animaux, mais aussi pour d’autres causes plus éloignées du domaine cosmétique, mais qui prônent le respect des animaux, des hommes (et femmes 😉 ) et de la planète.

Ils ont mis au point une large gamme de masques frais, sans conservateurs. Il faut donc les garder au frigo pendant leurs 3 semaines de vie (ça peut-être plus long, tant que le produit ne change pas d’aspect ou d’odeur, ma foi…). Dans cette gamme, on retrouve Catastrophe Cosmétique, Sirène, Sauve qui peau (anciennement Cupcake), Balancoire, Ayesha, La Vérité si je veux, La Guerre des boutons, Cereal Killer et Miel Effronté, donc. (Et le petit Rudolph qui vient de les rejoindre pour Noël ;).)

IMG_2913

Concrètement, les masques, je n’en suis pas une folle adepte. Je trouve que l’effet est souvent sympa, que c’est cool de trouver un moment pour ne rien faire d’autre que prendre soin de soi (dixit la fille qui étend son linge pendant que pose son masque)…  mais (tu l’avais vu venir celui-là !) c’est un effet qui est, je trouve, bien trop éphémère pour que j’y porte un réel intérêt. D’ailleurs, je n’ai que des masques Lush justement parce que je profite de leur offre « 5 pots noirs (propres. Et oui, c’est important !) rapportés = un masque frais offert » parce que ce n’est franchement pas la catégorie de produits pour laquelle j’irais me ruiner (Glamglow, si tu m’entends…).

Miel Effronté, pour le coup, donne un bon coup de fouet au teint, resserre les pores et permet une exfoliation assez « robuste » (ouais, j’sais, cet adjectif ne fait pas vraiment parti du champ lexical des cosmétiques, mais croyez moi, c’est exactement ça !) grave aux coques d’amandes moulues. J’ai la peau assez sensible et qui rougit vite, mais je supporte assez bien les picotements de ce masque. Concrètement, ne vous attendez pas à une odeur de miel, même en cherchant bien, je ne la retrouve pas tellement les épices sont fortes. Pour moi, c’est une valeur sûre des masques Lush, avec Cereal Killer que je reprends souvent aussi.

Evidemment, comme c’est un article masque, vous allez avoir droit à une photo follement ridicule. Et si, vous n’y couperez pas, attention les yeux !

IMG_2893

Ouh qu’il est beau le flash ! Je trouve que ça met merveilleusement bien en valeur mon splendide rideau de douche. Sinon, l’accessoire devenu indispensable à mes masques et autres nettoyages de face à grande eau, c’est ce chouette bandeau éponge offert par Lisea <3. C’est pratique, ça évite de s’en mettre plein les racines (je suis sûre que vous voyez de quoi je parle 😉 ).

Après, de là à savoir si l’ours trouve ma peau plus douce, lorsqu’il vient réveiller son autruche avec un bisou et des croissants (surtout les croissants !), c’est une autre histoire…

Polish Pick-up #2

Aujourd’hui, c’est un vernis des plus classiques que le Polish Pick-up me permet de vous présenter au détour de Lourdes. Je préfère vous prévenir d’emblée, celles et ceux qui attendent un miracle à la fin de cet article, vous risquez d’être déçu(e)s. Tout au plus, vous aurez peut-être droit à une inondation, mais rien n’est moins sûr. J’aurais aussi pu aller jusqu’à prendre mes photos dans une grotte pour voir si la sainte vierge se tapait l’incruste sur les reflets de mes ongles, mais pour tout vous dire, ç’a été une telle galère de trouver un peu de lumière avec le ciel nuageux qu’on a dans le coin, que les photos dans la grotte, je les sentais moyennement.

Image

Voici donc Martha Red (immatriculé 238) de Kiko. Il est rouge, il est franc, il est même tape-à-l’oeil, mais pour un rouge crème, je le trouve surtout très lumineux. Je ne sais pas si ça paraît vraiment sur les photos, mais c’est un vrai rouge pompier (d’ailleurs, allez savoir, peut-être que Martha était pompier), et c’est exactement ce donc j’avais envie pour la rentrée. C’est affirmé, féminin et en même temps ça reste plutôt « simple » : ce n’est qu’un vernis crème, je ne suis pas arrivée en cours avec le nail-art du siècle. Il est suffisamment opaque en deux couches à mon sens, mais peut-être que certaines préfèreront une troisième (personnellement, je ne suis pas du tout adepte de la troisième couche de manière générale, parce qu’entre la base et le top coat, si je mets 3 couches voire plus en cas de nail-art, même après 4h de séchage je me retrouve avec de beaux accros).

Image

Pour la tenue, encore une fois, il faut tout d’abord remercier l’équipe de choc composée d’Ultra Nail Repair d’Essence en base et du fameux Super-Fast Drying de Poshé en top-coat, puisque Martha a déjà tenu 4 jours sur mes ongles et commence seulement à montrer quelques légers signes de faiblesse au niveau du bord libre, ce qui est franchement honorable.

J’espère que ce petit retour aux basiques avec ce rouge-rouge vous aura plu, et que ce billet vous aura donné envie d’aller à Lourdes (ou pas). A bientôt pour une nouvelle escale du Polish Pick-up !

(Amen.)

Dégustons avec Calculon #1

Dans le genre accumulation et collection, je ne m’arrête pas qu’aux vernis (ce serait si simple…). En effet, j’aime aussi beaucoup les thés. Quel rapport avec Calculon, me direz-vous ? Je vais re-situer rapidement pour les non-initié(e)s : Calculon, c’est le robot-acteur qui interprête son propre rôle dans « All my Circuits », le soap opera que Bender et Fry regardent quotidiennement au siège de Planet Express, dans la série d’animation Futurama. (Je sens que j’en ai déjà perdu pas mal d’entre vous, mais ne vous inquiétez pas, au final, ce n’est pas très important.) (Sauf si comme moi, vous êtes fan de la série, auquel cas, c’est capital !) Vous ne voyez toujours pas le rapport ?

J’arrête de vous faire mariner, il est grand temps de vous présenter mon Calculon, baptisé ainsi à cause de la couleur cuivrée que lui donne le tanin, c’est mon petit robot-infuseur offert à Noël il y a quelques années par ma Marion d’amour ❤

IMG_2829

C’est lui qui a été élu, parmi mes quelques infuseurs farfelus, pour être le chroniqueur thé du blog *clap clap*

Calculon est encore en train de faire trempette, alors j’en profite pour vous présenter Gentleman, un thé noir aromatisé au Caramel au beurre salé de la Compagnie Anglaise des Thés. Pour les parisiennes, il y avait auparavant une boutique dans les Halles, mais avec les travaux ils ont été contraint de fermer… définitivement. Maintenant, il ne reste que leur boutique de Bayonne. Au final, c’est un mal pour un bien en ce qui me concerne, puisque ça les a poussé à créer un site de vente en ligne beaucoup mieux que le site qu’ils avaient avant, où on ne pouvait commander que par téléphone.

IMG_2827

J’aime beaucoup les thés que j’ai acheté chez eux : je trouve les mélanges originaux et variés, les saveurs très développées. Je n’ai vraiment découvert cette enseigne que lors de leur déstockage avant fermeture à Châtelet l’an dernier, et je n’hésiterais pas à recommander chez eux tellement j’ai été emballée par leurs produits.

IMG_2833

(Ca y est, il a fini de barboter, voilà maintenant qu’il fait sa star façon patin désarticulé…)

Le Gentleman, c’est mon thé cocooning, un brin sucré, c’est vraiment celui qu’il me faut pour les après-midis pluvieuses, ou pour les matins mous où rien ne saurait mieux me faire quitter les draps que la perspective de cette délicieuse odeur dans la cuisine.

Quant à la boîte, c’est une vieille boîte Ricoré trouvée à Emmaus. La plupart de mes boîtes de thés sont chinées, comme celle-ci. Je la trouve magnifiquement désuète, c’est d’ailleurs pour ça que je lui ai associé le thé Gentleman (parce qu’honnêtement, c’est has-been d’être un gentilhomme, vous en conviendrez) et puis aussi parce que je n’avais pas de thé appelé « Boniche ». La tasse, elle aussi a du vécu, trouvé à Emmaüs aussi, elle se fêle de plus en plus, mais je n’arrive pas à m’en défaire, je la trouve trop jolie (elle est rose, tout est dit) donc je tenais à vous la montrer avant qu’elle ne me reste dans les mains.

IMG_2866

J’espère que cet article vous aura plus, et que vous avez bien profité de votre tea time aujourd’hui (avec ou sans gentleman, souvent entre filles, c’est bien plus sympa 😉 ).

Ma routine à la piscine

C’est avec une immense fierté que je vous annonce que j’ai repris (non sans douleur) le sport ! Avec tous mes problèmes de squelette, la natation est bien le seul que je puisse pratiquer sans risque, et ça tombe bien, j’adore ça. Il faut dire que j’ai un physique qui s’y prête aisément : 1,83m et des pieds aussi grands que des palmes ^^’

Mais bon, le truc avec la piscine, c’est que c’est plutôt contraignant. Sans aller chercher très loin, je vois déjà 2 contraintes majeures à la pratique régulière de la natation : le chlore flingue la peau, mais surtout les cheveux et ça t’oblige en prime à les laver plus fréquemment (alors qu’ils sont déjà agressé par le chlore, cimer la logique), et il faut aussi être bien épilée si tu ne veux pas avoir à subir les regards lourds de toute la piscine, staff inclus (mais si tu assumes ces regards, crois-moi bien, je t’admire autant que je t’envie…).

Je vais donc vous présenter mes meilleurs alliés pour être d’attaque pour le grand bassin !

Image

Tout d’abord, l’épilateur électrique. Je m’y suis mis assez récemment avec le Silk Epil 7 de Braun, dans sa version la plus simple : la tête d’épilation de base, point barre. J’étais sur de ne pas me servir des multiples accessoires high-tech qui finissaient par faire ressembler cet épilateur à un robot ménager multi-fonction, et ma foi, j’avais pas vraiment envie de me faire éplucher les gambettes. Et puis il faut aussi dire que ces accessoires qui restent bien souvent au placard font énormément grimper le prix. Dans le cas de ce modèle là, ça va du simple au double. Pourquoi ai-je choisi celui-ci ? J’ai d’abord longuement fouiné et inspecté les moindres recoins du web à la recherche d’avis de consommatrices, et il correspondait bien à mes critères. En parlant de critères, le plus important au final était pour moi de pouvoir l’utiliser sous l’eau, et franchement, c’est magique. Déjà parce qu’après une demi-heure à barboter dans ta baignoire, les poils et la peau sont ramollis ce qui facilite l’épilation, mais aussi parce que sous l’eau, l’engin fait nettement moins de bruit ! Je m’en sers pour le maillot et les jambes, et j’en suis très contente. Pour les aisselles, je n’ai pas encore passé le cap, et puis comme il me reste encore plein de rasoirs… Mais j’y arriverais un jour !

Image

Pour la douche, je choisis des formats pratiques à transporter, qui ne prennent pas trop de place dans mon sac (je dis ça alors que je trimballe des palmes, cherche l’erreur) et surtout, qui sentent bons et forts. Parce que le chlore, sur la peau comme dans les cheveux, ça pue. C’est donc la première (et certainement dernière) fois que vous m’entendrez parler d’un gel douche. En effet, je préfère généralement me laver au savon. Je trouve ça plus économique, plus sympa, et puis j’ai tout un stock de savons qui sont beaux et qui sentent bon, et j’aime ce côté « collection » que je trouve moins cool avec les gels douches. Bref, j’aime les savons. Mais se trimbaler une boite à savons dans les douches collectives de la piscine, c’est pas franchement le plus pratique. J’ai donc opté pour un gel douche qui sent bon et fort, histoire de faire en sorte que le chlore ne soit plus qu’un vilain souvenir. Pour l’instant, il s’agit d’une petite bouteille de 100g du Slammer de Lush, un cocktail ultra vitaminé de citrons verts très acidulés, avec un petit côté salé qui rappelle les tequila paf, tout ce qu’il faut pour me donner la patate pour cette reprise un peu difficile du sport.

Image

Quand je l’aurais fini, je pense continuer mon aventure gel douchesque (oui oui, et pourquoi pas ?) avec le fameux Cottage au Caramel. Surtout que bon, le centre nautique étant en travaux jusqu’à décembre (voire plus, mais on croise les doigts), l’accès est limité à la piscine extérieure. Pour l’instant, ça va, mais je ne vous cache pas qu’en décembre, j’aurais sûrement besoin de réconfort en sortant de là !

Pour les cheveux, je carbure pour l’instant avec le shampoing Les Fleurs du Mâle de Lush également. Il sent bon et vraiment fort la violette, et puis il va me permettre d’entretenir autant que possible mon blond estival (et pas si naturel que ça, mais on en reparlera 😉 ). L’odeur reste dans les cheveux pendant au moins 2 jours sur moi, et c’est un vrai régal. Le conditionnement 100g est ici aussi très pratique.

Image

Quand la bouteille sera vide, ou quand je trouverais que mes cheveux souffrent déjà un peu trop de l’hiver et du chlore, j’opterais pour B Never Too Busy To Be Beautiful de Lush, encore. Ce gel douche (car à la base c’est un gel douche) est très riche en miel, ce qui lui donne une odeur très forte et gourmande, mais en fait aussi un shampoing très nourrissant. Maintenant, Lush à sorti Mieli Mielo qui lui est similaire en de nombreux points, seule l’odeur diffère un peu, je trouve que B Never Too Busy To Be Beautiful à une odeur plus sucrée. Et puis comme j’ai un bidon de 500g depuis un bon moment, je lui reste fidèle. Par contre, il va falloir que je trouve un moyen de le reconditionner pour aller à la piscine.

Image

En après-shampoing et en soin, je vais vous présenter mon duo de choc, j’en suis complètement gaga, et malgré les nombreux tests, pour l’instant je n’en démords pas. Tout d’abord, c’est mon fidèle Coolaulin qui m’accompagne. J’ai acheté le format 100g que je remplis à chaque fois que je pars en vacances (généralement, il me dure un mois), mais à l’année, quand je ne lui fais pas d’infidélité, j’en utilise 2 bidons de 500g. Il est assez fluide, bien hydratant, il démêle très bien (armé de mon peigne en bois) et sent bon la noix de coco. Pour mes cheveux secs et bouclés, c’est un banco (non non, je ne dis pas ça parce que j’écoute le jeu des 1000 euros en rédigeant cet article… ^^’) !

Image

Ensuite, après m’être laborieusement rhabillé (c’est fou comme c’est difficile d’enfiler un jean, ou pire, des chaussettes après la piscine !) alors que mes cheveux séchaient tranquillement dans la serviette, je les libère de celle-ci et les enduit généreusement de R&B, Lush encore (vous allez me prendre pour une monomaniaque à la longue). Ce baume nourrissant, reconditionné pour l’occasion dans un pot d’échantillon de la marque, m’est complètement indispensable. Sans ça, c’est bien simple, je n’ai pas des cheveux mais une botte de paille. J’en applique une bonne noisette sur les pointes et les longueurs en froissant mes boucles, et ma tignasse retrouve peu à peu figure humaine, tout en fleurant délicieusement bon la fleur d’oranger et le jasmin.

Image

Voilà, avec tout ça, je n’ai aucune raison de me démotiver, je vais pouvoir aller nager toute l’année et retrouver un corps de sirène et une forme olympique, on y croit !