Soapwalla, ce déo fleur bleue qui m’a fait rougir

Au début, entre lui et moi, l’approche était timide, presque gênée. Je le trouvais très séduisant dans son élégant costume outremer et fleuri. Il avait l’air d’être une vraie crème, et j’ai lu un peu partout qu’il savait être doux et protecteur, et que son parfum, bien qu’un peu déroutant, finissait par se faire discret et devenir appréciable. Ici et , on vantait les innombrables mérites de ce premier de la classe, bien sous tout rapport, au Curriculum Vitae exemplaire. C’était bien simple, j’étais sous le charme. J’attendais avec une hâte certaine notre premier rendez-vous.

IMG_3117

Quand il a finalement sonné à ma porte, accompagné du facteur, j’étais vraiment heureuse de cette première rencontre. Et comme je n’ai pas l’habitude de me priver lors d’un premier rendez-vous, j’y ai laissé bien 15€, confiante. Il a commencer à me séduire, avec ses belles paroles et ses promesses tenues, je pouvais me fier à lui du matin au soir, il n’y avait aucune ombre au tableau. Il n’était pas le premier, et il le savait. Il avait conscience de mes exigences, de toutes mes déceptions précédentes, des incapables et des toxiques qui ont tous caressé ma peau, avec une dextérité variable. Il savait tout ça, et nous filions malgré tout un parfait amour.

IMG_3118

Jusqu’au jour où les choses ont commencé à s’échauffer entre nous. Au démarrage, c’était bénin, quelques irritations, des petites rougeurs, un banale douleur… Je l’aimais tellement que j’ai persisté. J’ai cru en notre relation. Ca peut paraître idiot, mais c’était la première fois que ça m’arrivait, je ne savais pas vraiment comment réagir, moi qui suis si forte d’habitude… Puis j’ai fini par voir rouge. Vraiment rouge. J’étais blessée, meurtrie, et je n’avais d’autre choix que de rompre. C’était fini. J’ai préféré le laisser partir, je suis sûre qu’il plaira à d’autres, peut-être qu’il en décevra quelques unes au passage, mais je reste convaincue qu’il sait comment satisfaire une partenaire, c’est juste qu’il ne me convenait pas.

IMG_3120

Vous l’aurez compris, entre ce petit déodorant crème et moi, le charme est brisé. Et pour cause, il m’a franchement abîmé la peau des aisselles à un point que je n’aurais pas cru possible. Je reconnais mes tords de fille bornée, je sais bien que j’aurais du arrêter de l’utiliser aux premières rougeurs, mais bon 15€ le déo… M’enfin. Toujours est-il que pendant de nombreuses semaines, mes aisselles étaient tellement irritées que je ne pouvais plus utiliser le moindre déodorant, me raser était devenu un véritable calvaire, et j’appliquais de l’huile d’amande douce 3 fois par jour pour réparer les dégats causés par ce beau parleur de Soapwalla. Ma peau est vraiment fragilisée, et même si je vois des améliorations, je ne me risque pas à mettre le « Bête de S… » de Lush plus de 2 jours sur 3 sous peine de faire une autre réaction.

Maintenant, je suis en perpétuelle quête du graal de mes aisselles, de ce chevalier servant qui saura me protéger de l’humidité et des odeurs sans me blesser ni m’empoisonner. Mais le mal étant déjà fait, cette mission s’avère d’autant plus difficile. Si d’aventure certaines d’entre vous entendent parler de près ou de loin d’un précieux qui pourrait me convenir et souhaitent m’aider dans ma quête, n’hésiter pas à me laisser un commentaire.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Soapwalla, ce déo fleur bleue qui m’a fait rougir »

  1. J’ai cherché, j’ai essayé, en vain un déo efficace. Le résultat le plus probant chez moi reste encore la pierre d’alun. Après je crois qu’il faut se faire une raison: transpirer c’est naturel et le zéro odeur, zéro humidité, c’est pas possible (ou alors il faut aller vivre dans un igloo en slip en plein mois de décembre). Privilégier les vêtements en fibres naturelles (pas facile à l’ère du vêtement-pétrole), superposer des couches faciles à enlever, et baisser les radiateurs, ça aide bien aussi.

    • Pour les radiateurs, ça devrait le faire puisque je ne chauffe jamais, même en plein hiver, je n’aime pas ça (c’est pas pour autant que je suis tentée par l’option du l’igloo en slip ^^). Les fibres synthétiques, idem. Mais la pierre d’alun, j’accroche pas vraiment justement parce que j’ai l’impression que ça bloque trop la transpiration. A l’occasion, je testerai à nouveau, merci pour la piste 😉

    • Voici la composition d’après le site de la marque :

      (*: certified organic, +: food-grade)
      Simmondsia chinensis (Jojoba) Oil*; Helianthus Annuus (Sunflower) Oil*; Rosehip Seed Oil*; Butyrospermun parkii (Shea) Butter; Corn Starch*+; Sodium Bicarbonate+; Kaolin Clay; Vegan Kosher Glycerin*+; a custom blend of essential oils, including: Lavandula Angustifolia (Lavender)*; Melaleuca Alternifolia (Tea Tree)*; Citrus Sinensis (Sweet Orange); Mentha Piperita (Peppermint)*; Citrus Aurantium Bergamia (Bergaptene-free Bergamot)*; Non-GMO Vitamin E*+.

      C’est effectivement un sans faute, elle est irréprochable. Du coup, je pense que la réaction est due aux huiles essentielles et/ou à l’argile (Kaolin Clay) qui m’aurait dessécher la peau 😦

      Après, certaines le supporte très bien, et dans mon cas ça s’est joué sur la longueur, je pense que si j’avais jonglé avec un autre dès le début ça n’aurait jamais aussi mal tourné. Comme je ne m’en sers plus du tout, je peux t’en envoyer un échantillon si ça t’intéresse 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s